Rechercher
  • Ecole Plus

Un établissement « extraordinaire ».

Mis à jour : 15 avril 2019

Découvrez le témoignage de la comédienne Hélène de Fougerolles, maman d'une élève d'Ecole Plus.

« Je n’aime pas exposer ma vie privée mais là, c’est un cri du cœur, un appel à l’aide ». L’actrice Hélène de Fougerolles est une maman inquiète. Depuis trois ans, sa fille de 14 ans qui souffre de troubles « dys » (dyspraxie, dysphasie, dyslexie…) s’épanouit à l’Ecole Plus située rue Dranem (XIe), à deux pas de la rue Oberkampf. Mais cette petite école associative, qui accueille depuis 1989 des enfants présentant des difficultés d’apprentissage âgés de 8 à 18 ans, menace de baisser le rideau en juin prochain, faute d’élèves. « Il ne reste plus aujourd’hui que 11 enfants scolarisés. Il en faudrait neuf de plus, de Paris et sa région, pour que l’école continue à exister » confie Hélène de Fougerolles.


La comédienne, qui incarnera le 6 novembre dans un téléfilm diffusé sur TF1 la mère d’une jeune fille trisomique, ne tarit pas d’éloges sur un établissement « extraordinaire ». « Avec ses particularités, ma fille ne rentrait pas dans le système et elle n’avait pas le niveau pour aller en Ulis (NDLR : unités localisées pour l’inclusion scolaire). A l’Ecole Plus, les élèves s’épanouissent à leur rythme, guidés tranquillement par deux maîtresses. Ils font aussi beaucoup de sorties au cinéma, dans les musées… Ma fille est très heureuse ».


Richard Blanc, dont le fils a passé 10 ans à l’Ecole Plus, confirme : « C’est une école qui l’a sauvé. Si elle ferme, c’est un désastre pour les enfants handicapés ». Le suivi individualisé que propose l’école privée hors contrat a évidemment un coût : 530 € mensuels, pris en charge partiellement par les maisons départementales des personnes handicapées (MDPH), voire entièrement par celle de Paris. C’est d’ailleurs cette dernière qui oriente les parents concernés vers l’établissement du XIe.


« Ce qu’on a du mal à comprendre, c’est pourquoi l’information ne circule plus et que les élèves n’arrivent jusqu’à nous, s’interroge Hélène Girard, l’une des deux cofondatrices d’Ecole Plus. Certes on a créé beaucoup de classes Ulis à Paris mais elles ne conviennent pas à tous les enfants « dys » avec des troubles associés. Certains se retrouvent paumés dans des collèges de 500 élèves, ils vont mal et n’apprennent plus ». Pour la professionnelle, « l’accès à une scolarité adaptée devrait être un droit et non une loterie ».

162 vues

Association Ecole Plus

Etablissement privé hors contrat

ecoleplus@ecoleplus.fr

01 43 57 01 03

Adresse : 2, rue Dranem, 75011 Paris

© 2019 Ecole Plus -  Mentions légales

  • Facebook